Festival Circulation(s) au Centquatre

L'exposition se disperse dans les divers espaces du Centquatre.

L’exposition se disperse dans les divers espaces du Centquatre.

Depuis le 7 février et jusqu’au 16 mars, la jeune photographie européenne s’empare du Centquatre, haut lieu culturel de l’est parisien. L’association Fetart organise la quatrième édition de son festival Circulation(s), qui a pour objectif de propulser plusieurs photographes au delà des frontières de leurs pays respectifs.

Fetart est une entité fondée en 2005, qui a, à ce jour, a mis au monde plus d’une soixantaine d’expositions. « Nous avons pour but de conseiller les photographes, de les aider au niveau de l’editing, de la promotion auprès des galeristes.. » explique Audrey Turpin, coordinatrice des expositions de l’association. L’aventure Circulation(s) a débuté en 2008, alors que Fetart a participé au mois de la photographie à Paris. L’Europe est alors le thème de l’événement. L’idée est par la suite, devenue, la genèse du festival éponyme, prenant place dès 2009 dans le quartier Bagatelle.
Pour cette quatrième édition, le Centquatre est devenu partenaire de l’événement, rendant ainsi le festival plus accessible au public, et se mêlant totalement aux activités de ce centre culturel hors normes. Aussi, un autre partenaire est venu se greffer à Fetart, c’est la RATP. « Ça a drainé un public que nous n’avions jamais eu, notamment du jeune public, qui ont aussi, pour certains, découvert le Centquatre », constate Audrey Turpin. Et au delà du caractère événementiel et culturel de l’exposition, c’est tout un réseau européen photographique qui se développe. « Il s’agit de créer une passerelle entre les artistes, les galeries, les écoles d’art, afin d’oeuvre pour une meilleure circulation des œuvres dans les frontières de l’Europe », poursuit la membre de l’association Fetart.

Car la photographie européenne grandit d’année en année et s’affirme une identité artistique qui lui est propre. Par rapport à la photographie américaine par exemple, l’inspiration européenne s’interroge sur des questions de « filiation, de recherches des racines, une approche intime et une quête de l’identité », selon Audrey Turpin. Les photographes sélectionnés pour exposer pour Circulation(s) ont entre 25 et 35 ans. Ce qu’ils montrent au 104 est alors un reflet de la société européenne à un moment donné, soit leur regard immédiat de l’Europe et du monde qui les entourent.


Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s