William Forsythe – « One Flat Thing »

"One Flat Thing", Crédits photo : Flickr (c) Dancetechtv

« One Flat Thing », Flickr © Dancetechtv

 

« One Flat Thing », de William Forsythe, est une tension permanente. Les danseurs surgissent de dessous des tables comme s’ils sortaient des abimes. Le mouvement prend possession de leurs corps autant que de âmes et crée des lignes ininterrompue de courbes et déhanchés désarticulés. Les membres se contorsionnent autour des 20 tables installées en guise de décor, d’espace mais aussi de centre de gravité. Les 14 danseurs enchaînent leurs figures en conservant un point de contact avec les tables, alternant arrêt sur images et accélération soudaine. La pièce est caractérisée par sa puissance : à son commencement, William Forsythe donne le ton. Les danseurs trainent les tables sur plusieurs mètres avec une énergie qui ne laisse pas indemne. Puis, une atmosphère angoissante pèse sur la danse. Une composition musicale réalisée à partir de sons industriels et dissonants grésille dans les moins recoins de l’espace. Ces sons ne rythment pas la danse elle-même mais symbolisent la gesticulation des corps.

Les codes du ballet classique sont réinventés. Ici, le chorégraphe conserve la structure du pas de deux ou encore du solo, mais les adapte à ses propres esthétiques. Le costume, adopté de manière décontractée arborant des couleurs unies, fait écho au post-modernisme, autre grand courant de la danse contemporaine.

Grande figure du courant néo-classique, William Forsythe confirme, avec cette pièce, ses valeurs chorégraphiques : le mouvement est permanent et les corps s’inscrivent dans une recherche incessante de nouvelles formes et figures. Comme dans la peinture et l’architecture, les lignes sont épurées, tendent vers la perfection. C’est ce que « One Flat Thing » fait ressentir au spectateur : les danseurs expérimentent la dynamique de leurs corps jusqu’à l’épuisement et dans l’urgence, comme si une catastrophe allait survenir d’en dessous des tables. Si l’esthétique du mouvement de Forsythe ouvre une nouvelle porte sur le champ des possibles, sa danse crée aussi un impact émotionnel inédit. C’est poignant, ensorcelant et passionnément oppressant.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s