38e édition du Printemps de Bourges : « Le Printemps est serein »

Serein. C’est le mot qui a été donné, lors de la traditionnelle conférence-bilan, par les organisateurs du Printemps de Bourges pour qualifier la 38e édition de l’événement musical. « Les chiffres ont un peu augmenté […] le point le plus important c’est le bilan artistique. Les artistes ont tenu leurs promesses, et la programmation a donné satisfaction », a déclaré Daniel Colling, fondateur et directeur du Printemps de Bourges. Fidèle à ses valeurs, le festival s’est déroulé comme il avait été espéré. Les Tindersticks ont enflammé la cathédrale, Bertrand Cantat a époustouflé le W ou encore Catherine Ringer a officialisé son retour lors de sa résidence au théâtre Jacques Coeur. Avec « ferveur et enthousiasme », le Printemps s’affirme plus que l’an passé, en 2013, comme le souligne Jean-Michel Dupas, l’un des programmateurs. Les médias, également, ont été davantage présents que les autres années.

Après avoir remercié tous les partenaires, Daniel Colling est revenu sur l’événement 2013-2014 pour le Printemps de Bourges, au coeur de tous les questionnements : le « rachat » par la société C2G, filiale de Morgane Productions, propriétaire des Francofolies de La Rochelle, qui avait été prononcé en fin d’année dernière. Gérard Pont, directeur des Francos, était présent pour expliquer la situation : il ne succédera pas à Daniel Colling à la tête du Printemps de Bourges en 2016. Daniel Colling désignera lui-même son successeur pour conserver la ligne artistique de base. « Pour me succéder, pas me remplacer, car c’est pas possible », a-t-il lâché modestement. « Le festival va évoluer comme il a évolué depuis 1977. Le nouveau directeur aura une vision pour l’avenir et on le soutiendra », a justifié Gérard Pont. Si le nom du successeur n’a pas été révélé, il a été sous-entendu que les professionnels avaient déjà leur petite idée. « Ce serait bien qu’il soit choisi au plus vite pour m’accompagner l’année prochaine, car je suis censé partir en juin 2015 », a souligné le directeur historique du festival. L’homme du Printemps ne quittera pas totalement son bébé car il vient de réinvestir dans la société C2G, qui lui offre même un siège à son conseil d’administration.
« J’ai eu beaucoup de propositions de gros groupes français pour racheter le festival. Je n’ai pas envie de les citer, mais il s’agit de gros groupes financiers et des grosses sociétés américains spécialisés dans le spectacle,… et que j’ai pas voulu. Si je me suis rapproché de C2G, c’est que j’estimais que ce type de société était plus à même de mon obsession d’assurer la continuité du Printemps. J’ai mis en priorité l’avenir du Printemps », a dévoilé Daniel Colling. « J’ai aussi donné la priorité aux pouvoirs publics, on en parlait depuis deux ans et la chute ça a été que c’était plus compliqué, le projet c’était de constituer une scène avec la ville, le département et la région, et ça n’a pas été si simple d’organiser un Printemps par les pouvoirs publics », a-t-il poursuivi.

En guise de souvenirs, Daniel Colling a rappelé que Gérard Pont faisait parti des premiers correspondants bretons du Printemps de Bourges. « C’était un de nos premiers colleurs d’affiche », a ironisé Daniel Colling.

La conférence de presse bilan a été aussi l’occasion de récompenser le gagnant des Inouïs 2014. Alors qu’il y a un an, le jury présidé par Orelsan récompensait le collectif parisien FAUVE, cette année Albin de la Simone a proclamé vainqueur Billie Brelok, rappeuse venue de Nanterre, qui a fait mouche notamment avec son tube « Bâtarde ». Quant au prix du jury, il a été attribué au québécois Mark Berube. Le Printemps de Bourges a mis en plcae pour la première année une tournée des Inouïs, qui aura lieu à l’automne dans cinq villes françaises. Chaque concert, il y aura trois Inouïs (les deux gagnants et l’artiste électronique Fakear), et un ancien Inouï en tête d’affiche. « Un moyen d’installer davantage le Printemps de Bourges en France », a expliqué Daniel Colling.

photo (1)

 

 

Les chiffres 2014 :
126 concerts dans les salles // presque 500 concerts sur tout le festival
64 800 places délivrées dont 9 400 invitations
2 429 professionnels accrédités dont 700 forfaits pro payants
Taux de remplissage : 92%
Fréquentation globale de 240 000 personnes
Une équipe d’environ 1 000 personnes pendant le festival
29 antennes régionales et francophones du Printemps de Bourges

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s