« Great Black Music » @ Cité de la musique

photo 2

Chaque point de la frise chronologique est doté d’un numéro, à enregistrer sur le smartphone, et qui diffuse la musique correspondant à la période.

Jusqu’au 24 août, la Cité de la musique consacre son espace d’exposition aux musiques noires. Dispositif itinérant passé par de nombreux musées dans le monde, Paris le renomme « Great Black Music », en mettant en lumière 21 légendes du genre, du jazz à la soul en passant par l’afrobeat ou encore la pop et le rock. Réunies par leur africanisme et par leur façon dont elles utilisent leur talent musical comme pouvoir de se faire entendre, ces légendes sont déclinées par genres, mais aussi par périodes historiques et origines géographiques.

Durant le cheminement de l’exposition, plusieurs notions sont exposées au public : le dirty sound (timbre propre de la musique noire, qualifié par « sale » par les blancs) ou encore le Call & Response (propre de la musique de James Brown, celle qui est collective et participative).

La visite se poursuit dans les sous-sols de la Cité : place à la danse cette fois, indissociable de la Black Music. Après avoir visionné plusieurs extraits de danse traditionnelle (ambiance cubaine ou encore live de James Brown), le public est invité à pratiquer lui-même dans plusieurs cabines d’apprentissage : hip-hop, disco et salsa. Grâce à une vidéo interposée, un professionnel le guide puis l’invite à essayer en étant filmé.

Exposition presque intégralement interactive, aussi instructive que ludique, Great Black Music s’étale sur un sujet plus que vaste, alors autant réserver son après-midi entière. Le visiteur, doté d’un smartphone (audioguide 2.0), et d’un casque, suit le déroulement à son rythme. Il a même l’opportunité de sélectionner les musiques qu’il préfère, afin de recevoir une liste des titres par e-mail à la fin de son parcours.

Great Black Music n’est pas de ces expositions traditionnelles qui perfusent des données théoriques au visiteur, qui ingurgite, à la verticale, et à moitié concentré, des choses dont il ne se souviendra, dans la plupart des cas, pas. La Cité de la musique va, encore une fois, plus loin dans la médiation : elle rend les informations audiovisuelles pour que le public y soit davantage attentif. Quant à la musique mise à l’honneur, intergénérationnelle, elle se raccroche au présent pour mieux s’aventurer dans le passé, afin de mieux entrevoir… le futur de la Great Black Music.

photo 1

Propre aux expositions de la Cité de la musique, plusieurs instruments sont à la disposition du public.

photo 3

photo 4

Le dispositif interactif et audiovisuel transporte le visiteur dans une atmosphère particulière.

 

Informations pratiques:

Cité de la musique
221, avenue Jean Jaurès
75019 PARIS
Métro Porte de Pantin
Fermé le lundi
Prix : 9 euros plein tarif, et 5 euros pour les moins de 26 ans

Quelques extraits de l’exposition:

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s