Famous or not famous ? Les peoples, selon les Indiens

Les grandes personnalités du monde musical ne sont pas incontournables pour tout le monde. Madonna, David Bowie, Prince, AC/DC, Michael Jackson… tous ne sont pas connus d’une manière…mondiale. En particulier en Inde, où ils font chou blanc à côté de d’autres artistes comme Chitra, Shreya Ghoshal ou encore Sonu Nigam.

Alors que la planète entière pleure la mort de Prince, en Inde, la tête est ailleurs. Quand on les informe, les Indiens répondent systématiquement : « Le Prince de quoi ? ». De même que la mort de David Bowie n’avait pas fait parler d’elle. Sans parler de George Michael qui est inconnu au bataillon. Hum.
Et oui, quand ça ne concerne pas du Bollywood, en Inde, à 80%, on s’en fiche. Les radios ne passent quasiment jamais des titres internationaux, ni ceux que l’on pourrait apparenter à de la « musique indépendante ». Alors quand on diffuse des titres underground, du style classique, musique électronique ou punk, ça peut passer, dans l’oreille d’un indien, pour des ovnis sonores.

prince

Prince

Une sphère musicale à part
La bombe lâchée en 2015 par Major Lazer, « Lean On », a fait le tour du monde, et même le tour de l’Inde. Tube commercial diffusé en masse sur la toile, la chanson n’a pas non plus dépassé les frontières de l’Internet. Le clip, tourné dans l’atmosphère de Maharaja, a donné au morceau une connotation mystique et exotique, que les Indiens ne retrouvent pas du tout. « No connexion with India », indique Thara, Kéralaise, qui apprécie le tube, sans plus.

Quand on pense à des artistes comme M.I.A., d’éducation tamoule, ayant grandi à Jaffna et à Chennai, dont le nom ne fait pas vraiment écho dans des villes comme Jaffna et Chennai, alors que c’est – avouons-le- une star aux Etats Unis ou en Europe, cela paraît étrange. Pourtant, quand on fait écouter des titres très modernes de M.I.A. aux Indiens, ils semblent même familiers. « Pour nous, il s’agit de sonorités indiennes », indique Ashit. De même que les répétitions, caractéristiques des sons de M.I.A., qui paraissent parfois agressives pour les occidentaux, sont tout à fait normales et font même penser aux « puja » indiennes (cérémonies traditionnelles et rites musicaux, pratiqués quotidiennement dans les temples et dans les foyers).

M.I.A.

M.I.A.

La mode indémodable du métal
Contrairement à ce que l’on peut penser, les Indiens sont des amateurs de rock, et en particulier de métal. Depuis le concert d’Iron Maiden en 2007 en Inde, devant lequel plus de 40 000 personnes se sont réunies, les groupes de métal à la renommée internationale inscrivent presque systématiquement une ou plusieurs dates indiennes à leur tournée. Quelques clubs ainsi que des festivals rock ont commencé à naître partout, même dans des endroits reculés de l’Inde. C’est le cas du festival Ziro, qui se déroule dans un coin perdu de l’Arunachal Pradesh (proche du Myanmar), qui est un adepte des programmation rock’n roll. Aux quatre coins du pays, même dans les Etats où le headbanging (pratique consistant à secouer la tête plus ou moins violemment pendant un concert) est interdit, des communautés de fans se sont fait connaitre. Les sponsors privés également, voyant les retombées fulgurantes du métal, se sont investis de plus en plus, jusqu’à encourager aussi la formation de groupes Indiens vers ce genre de musique.

iron-maiden-lors-de-sa-tournée-2008-en-inde

Iron Maiden, lors de sa tournée en Inde

La danse pour marquer les esprits
Pas de pitié pour les tubes : les plus entraînants seront retenus, les autres iront aux oubliettes. Ainsi, Britney Spears a traversé la planète de sa Louisiane natale à l’Inde et est – ou était, on peut le dire – une star, même s’il n’y a pas de Bollywood à son palmarès. De même, Beyoncé devance Madonna et Lady Gaga grâce à ses morceaux de danse comme « Run The World » ou encore « Crazy in Love ». « On connait bien Madonna et Lady Gaga car elles sont partout sur Internet. Mais la pop ne nous attire pas trop. Il nous faut surtout des chorégraphies ou des vidéos qui nous marquent », avoue Divya. Et si le rap US est relativement apprécié, le grand Kanye West n’est pas pour autant célébrissime en Inde. Guère plus que sa femme Kim Kardashian, qui n’arrive pas à la cheville des superbes actrices indiennes.
Au tour des Indiens de nous demander si on connait Rajnikanth, une super star même plus connue que Shahrukh Khan. On n’a pas moufté.

Publicités

XChange, le monde des possibles

Là où les frontières n’existent plus, il y a XChange. Grande réunion annuelle des acteurs culturels, faiseurs de rêve du monde entier. Musiciens, managers, tourneurs, journalistes, … tous s’y retrouvent, le temps d’un week-end en Inde, pour échanger, partager, et … Lire la suite

L’orientalisme électronique : quand la musique devient une solution

 Au XIXe siècle, les artistes les plus avant-gardistes se sont pris d’une fascination pour l’Orient. En 2015, l’art revient vers l’est : la musique électronique aussi a fait son coming-out d’orientalisme. Ce goût pour l’ailleurs, l’inconnu, l’exotisme, a déjà transporté plus d’un … Lire la suite

[J’Y ETAIS] : Le cas One Direction

Aujourd’hui c’est le 21 juin. Ça me dit quelque chose cette date. Ah oui l’été. Mais y’a autre chose. Depuis 1982, c’est en effet la fête de la musique. Coïncidence? Peut être : c’est l’été donc on va dehors écouter … Lire la suite

Petits concerts au Café de la presse

Faire jouer un groupe en acoustique dans votre salon : voilà le concept de Hoost, nouveau collectif parisien d’organisation de concerts en appartements. Avec un portefeuille d’une quinzaine d’artistes, Hoost permet aussi à ses petits protégés de se produire une … Lire la suite

« Great Black Music » @ Cité de la musique

Jusqu’au 24 août, la Cité de la musique consacre son espace d’exposition aux musiques noires. Dispositif itinérant passé par de nombreux musées dans le monde, Paris le renomme « Great Black Music », en mettant en lumière 21 légendes du genre, du … Lire la suite

Rock’n Beat Party 2014 : du niveau, mais pas de surprises

En livrant l’affiche de l’édition 2014 de la Rock’n Beat Party du Printemps de Bourges, les organisateurs n’ont pris aucun risque : les artistes sont soit déjà venus, ou ont soit déjà acquis une renommée nationale, voire européenne. Pour donner … Lire la suite

38e édition du Printemps de Bourges : « Le Printemps est serein »

Serein. C’est le mot qui a été donné, lors de la traditionnelle conférence-bilan, par les organisateurs du Printemps de Bourges pour qualifier la 38e édition de l’événement musical. « Les chiffres ont un peu augmenté […] le point le plus important … Lire la suite