A Saint-Louis, tu grandis

A une poignée de kilomètres de la Mauritanie, la ville de Saint-Louis n’à pas d’égal. C’est sans doute pour cette raison que bon nombre de Toubabs (comprendre « occidentaux ») s’y sont installés pour couler leurs vieux jours. Ici, la vie sénégalais y est paisible. La ville possède multiples facettes qui permettent de passer d’une sérénité olympienne à un tumulte sans précédent. De quartiers fantômes aux densités surpeuplés, Saint-Louis doit sa beauté en partie à l’architecture coloniale, rappelant la Louisiane curieusement, mais également à la gentillesse de ses habitants. En partir provoquera, à coup sur, un pincement au cœur…

Quelques petites idées pour en faire le tour sans frustrations.

MANGER
Il faudra indéniablement tester le thiéboudienne, typique plat sénégalais mais qui vient en réalité de Saint-Louis. Plusieurs restaurants en proposent.
Quelques adresses pêle-mêle, toutes rue Seydou-Tall : le restaurant du fleuve ; la Linguère ; la Kora. Les boulangeries (mention spéciale pour El Panis, pour les croissants et les madeleines au maïs) sont aussi vraiment pas mal pour un déjeuner sur le pouce.

SORTIR
Oui, on sort à Saint-Louis. Enfin, un peu comme partout au Sénégal. Mais le microcosme local donne l’impression que la fête est partout. Le Mix club est un basique, l’Iguane en est un autre.
Jetez un coup d’œil aux programmations du Château et de l’Institut Français.

VISITER
Le Musée de la photographie est moderne, récent et intéressant. Un petit tour n’est donc pas du luxe. Pour abreuver davantage cette soif de culture, poussez jusqu’aux autres musées officiels de Saint-Louis, répartis sur l’île. Il y a le musée de la musique,
Tous ont ouverts il y a peu et valent le détour.
Pour faire le tour des quartiers de Saint-Louis (continent exclu), rien de tel qu’un tour en calèche. Loin d’être ringard, le tour est instructif et vous permettra d’accéder à des endroits que vous n’aurez pas vu seul. Notamment ce flanc ouest de la langue de Barbarie qui est emporté progressivement par la mer, tant les Sénégalais se sont servis, jadis, de sable pour construire leurs maisons. Maintenant, la mer grignote du terrain chaque année.

SHOPPER
Le shopping à Saint-Louis, c’est possible. Les échoppes sont nombreuses pour tout ce qui est boubou, tissus, objets d’artisanat. Attention à bien négocier car le lieu est touristique.
Pour les plus gros budgets, coup de cœur pour la Galerie Rama, exposant des créations d’un designer sénégalais. Tout se retouche dans la demi-heure gratuitement.
Oui car Saint-Louis, c’est clairement la ville des tailleurs. Le matin, apporter votre tissu à un tailleur avec une idée de vêtement à confectionner. Le soir même, vous pouvez aller le chercher. Prix allant de 5.000 Francs CFA à 10.000 Francs CFA selon les professionnels.

LOGER
Idéalement situé, le Siki hôtel est devenu une référence sur l’île. Si bien qu’une annexe a ouvert récemment ses portes quelques mètres plus loin que le premier hôtel. Chambre à environ 80 euros la nuit.