A Bamako, suis le tempo

La capitale malienne pourra paraître, aux premiers abords, comme une épreuve humaine. De l’aéroport, vous aurez l’impression que cet air chaud et oppressant ira de pair avec ce climat d’insécurite notable tant véhiculé par les médias. Et puis finalement, le paysage se dresse. Les buildings à l’architecture mi-bauhaus mi-art déco à l’Africaine feront place aux installations de fortune. Le sol de terre rouge abrité par des arbres denses et bien verts donneront à Bamako une saveur tout à fait exotique. Mais ce n’est pas l’aspect des rues et des habitations qui rendront la ville éminemment sympathique. Les maliens, ouverts, à l’ecoute et généralement ravis de rencontrer des étrangers seront fiers de vous rendre le séjour appréciable.
Quelques tips toutefois, pour prendre ses marques.

IMG_20191121_092612

Pour manger
Les saveurs du Patio, le restaurant de l’Institut Français qui propose une carte qui fera du bien aux expatriés.
Le Baffing (pas loin de l’hôtel Onomo) est une vraie bonne adresse. Comme sorti de nul part ce restaurant est convivial et la cuisine est fiable.

Pour dormir
De gros hôtels dépassés et kitsch, il y en a plein à Bamako. Pas facile de tomber sur une valeur sure où on se sent bien. Le Massaley (dans l’ACI2000), pour moins de 80 euros la nuit, est pas mal. La piscine est top (attention aux moustiques) et l’accueil est le point fort de l’hôtel. Clean, mais déco d’époque.

Pour faire du shopping
Le marché de Bamako, c’est quelque chose… Il faut être bien accroché. Notamment à son sac. Mais à part les vols potentiels, vous ne risquez rien. Demandez au taxi daller au marché artisanal. Vous trouverez notamment des instruments de musique, du tissu et des tailleurs à tous les coins de rue (si vous restez quelque temps, vous pouvez leur demander de faire des vêtements sur mesure pour environ 4000 Francs CFA par pièce maximum).

A faire à Bamako :
Un tour en pirogue sur le Niger, de préférence en fin de journée (entre 16h et 19h), avec des amis, pour l’apéro. Cela vous permet d’observer Bamako avec du recul, profiter de la nature et du calme, …et aussi voir la pauvreté des rives. C’est donc une balade mitigée, mieux vaut choisir son guide pour être sur de ne pas juste jouer les voyeurs sur un bateau confortable. Comptez de 20.000 à 50.000 euros l’heure selon le nombre de personnes. (Départs sur la rive sud, vers l’hôtel Badala notamment).
Le Musée national du Mali, pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur l’histoire et l’art du pays.
Selon la programmation, rendez-vous à l’Institut français. L’équipe est très dynamique et propose quatre à six événements par semaine !
Pour finir la soirée, allez écouter des groupes maliens et danser au Club africain, à quelques pas de l’Institut Français. Le bar de nuit est une référence dans le pays.