Au Sri Lanka, tu t’émerveilleras

DSC_0264

Un des SAARC, petit joyau de l’Asie du Sud, le Sri Lanka est une des nouvelles destinations à la mode : bon marché, dépaysante et accessible. Dotée de paysages de rêve (plage et cocotiers, montagne et plantations de thé, patrimoine riche), l’île promet aux voyageurs un excellent premier contact avec le continent asiatique, grâce à la rencontre d’une société ouverte sur l’extérieur, dynamique et en pleine reconstruction après le terrible tsunami de 2004 qui a ravagé l’est et le sud du pays. Le nord, moins attractif pour le tourisme, est encore fragile seulement six ans après la fin de la guerre civile qui a opposé les tamouls hindous et le gouvernement cinghalais bouddhiste.

Sur une dizaine de jours de vacances, un circuit est possible du centre du pays jusqu’aux plages du sud, en passant par la région montagneuse. Si le plus répandu est de prendre un chauffeur sur la totalité du séjour (environ 500 euros pour dix jours sur place), il est aussi pratique de prendre le train (bien mieux que le bus, bondé), même si les trajets sont longs.

sans-titre (3)

 

Jour 1 : Arrivée et nuit de récupération à Negombo
Si le centre de Negombo est appréciable pour un premier contact avec le Sri Lanka (commerce en tout genre et dense circulation de tuk tuk), il est également avantageux d’échanger ses euros dans un bureau de change de la ville (taux moins élevés que l’aéroport ou la France).
Hébergement : le Jetwing Blue, meilleur hôtel du coin, si ce n’est du pays. Parfait pour récupérer du vol et profiter de l’immense piscine donnant sur la plage. Adresse : Ethukale, Negombo

Jour 2 :  Sigiriya et parc national de Minneriya
Après quatre bonnes heures de route pour 90 kms, arrivée à Sigiriya, petit village situé stratégiquement au centre du pays, à proximité des grands sites de temples. Le parc de Minneriya se situe au nord est du Sigiriya, et comprend une grande diversité d’animaux dans un paysage de jungle épaisse, intercalé d’étendues d’eau. Elephants, singes, biches et oiseaux s’observent via un safari en jeep (pour une durée de trois heures environ) à condition qu’il fasse beau. Prix approximatif comprenant l’entrée par personne dans le parc, l’entrée du véhicule et le chauffeur : 10 000 rs. Aucun problème pour trouver véhicule et chauffeur directement à l’entrée du parc.
Hébergement à Sigiriya : La guest house Paradise Inn, pour trois nuits, une centaine d’euros pour deux. Une chaleureuse famille qui vous accueille avec toute la générosité du monde. Les repas sont délicieux et la propreté est impeccable. Pour le bruit de la jungle aux alentours la nuit, ainsi que la présence de grenouilles dans la douche, ça fait parti du jeu ! Contact

DSC_0021

Le parc national de Minneriya

Jour 3 : Polonnaruwa
Deux cités de temples anciens sont présentes au Sri Lanka : Anuradhapura et Polonnaruwa. Les deux sont à faire et font parties intégrantes de l’histoire du pays. Pour une raison de proximité et de renommée, Polonnaruwa s’impose si l’on doit choisir entre les deux. A une heure de route de Sigiriya, ce parc religieux était le chef lieu des rois cinghalais il y a huit siècles. Aujourd’hui, il abrite les reliques des temples bouddhistes de l’époque. Des centaines de pèlerins viennent chaque jour s’y recueillir. A ne pas manquer : le quadrilatère, le palais royal, le Gal Vilhara avec ses bouddhas immenses. Pour plus de pratique, louer un vélo à l’entrée du parc. Par contre, négociez! pas plus de 300 rs le vélo pour environ trois heures de visite. Entrée de la cité : 25 dollars. Pour manger le midi, privilégier un petit snack local dans la vieille ville, à deux pas de la cité.
Et comme avec la chaleur, les vélos, et la visite des temples en plein caniar, vous aurez besoin d’un remontant à la sortie, offrez vous un massage d’une heure dans un des spas locaux. Comme le Ayurveda Villa (no 55, Ehalagala, Sigiriya). Prix pour un massage du corps à l’aloe vera : 4000 rs.
Ne soyez pas effrayés, les massages cinghalais sont dynamiques !

Jour 4 : Sigiriya
A la fraiche matinale, il vous faudra affronter une épreuve physique de taille, mais immanquable car le site est l’un des plus spectataculaires du pays : le rocher de Sigiriya, qui est visible de presque partout aux alentours. La légende dit que le roi Kassapa (477-495) y fit construire son immense palais tout en haut. Et les ruines valent le détour, ainsi que les jardins au pied du rocher. Le bon millier de marches vous fera passer dans des endroits magnifiques avec une vue à couper le souffle. A ne pas manquer : les fresques des nymphes, à mi-chemin ; les pattes du lion avant d’attaquer le dernier escalier, et le sommet biensur, avec la piscine du roi. Le musée, en bas, est également un bon moyen de comprendre la légende de ce rocher. Entrée : 30 dollars.
Pour la suite de la journée, Sigiriya ne regorge pas d’une foultitude de choses à faire, mis à part les restaurants et les balades en éléphants (25 dollars).
Bon plan : si vous ne voulez pas payer ce prix exorbitant pour faire quelques mètres sur le dos de ce pauvre éléphant domestique, vous pouvez toujours venir admirer l’animal pendant son bain, dans la journée, en face du fantastique bar-hammac-cocotier le Rastarant.

Jour 5 : Dambulla et arrivée à Kandy
Avant de partir de la région de Sigiriya, il est impossible de passer à côté des temples troglodytiques. Dans la ville de Dambulla, ville réputée pour son commerce de gros et toujours encombrée, les temples se nichent tout en haut d’un rocher de presque deux cent mètres. La montée ne sera pas perilleuse cependant, agréable et accompagnée par les singes qui viennent soutirer ce qu’ils peuvent aux touristes. Cinq temples se trouvent en haut, avec une des plus belles collections de Bouddha, dans les trois positions qu’on lui connaît. Rappel : pas de photos devant Bouddha ! Bouddha peut se faire prendre en photo, mais seul.
Sur la route de Kandy, après s’être arrêté au « centre du Sri Lanka », symbolisé par un monument regroupant deux temples (l’un bouddhiste, l’autre hindou), l’une des curiosités les plus « curieuses » est la visite des spice garden, autrement dit les « jardins d’épices ». Tout au bord de la route, des petits jardins de plantes médicinales aux vertus farfelues se découvrent gratuitement grâce à des guides loufoques. Ils vous apprendront les bienfaits de leurs plantations : baume du tigre cinghalais, la cannelle (pour combattre le froid), la noix de muscade (pour les douleurs que provoquent les règles), du lila et de la banane (pour une crème dépilatoire magique), du jasmin (pour une huile de massage, de l’ananas rouge (pour une détox radicale), du gingembre (pour les allergies de la peau), ou encore du bois de sental et de l’aloe vera pour avoir une peau de rêve. En plus de tester certaines plantes sur vous, vous aurez le droit à massages gratuits et consultation gratuite avec le grand docteur de la plantation qui vous prescrira une ordonnance, afin de se fournir à la fin à la boutique ! Certains y croiront, d’autres non, mais les spice garden valent le détour.
Adresse : Surathura, no 3, Thotagamuwa, Palapathwala, Matale.
Un peu plus loin, une des trois dernières fabriques de teinture textiles reçoit les visiteurs. Le batik correspond à la teinture de tissus traditionnels en utilisant la cire. En effet, les femmes fixent la cire sur les motifs qui ne seront pas teints par la couleur, et plongent les tissus dans le bac de teinture. Elles mettent ensuite la pièce dans l’eau bouillante pour enlever la cire. Il y avait 45 factory comme celle-ci avant le tsunami. Si la visite est gratuite, elle permet notamment d’essayer des pièces et d’apprendre à mettre le fameux sari. Elle se conclut par un passage à la boutique. Les prix correspondront à un magasin cher français : qualité oblige.
Adresse de la batik factory : Baba Batiks, 793/5 Trincomalee Street, Matale, Sri Lanka
Arrivée à Kandy, cette ville bouillonnante de culture se rassemblant autour d’un lac paisible, encerclé par la montagne naissante. Le temple de la dent de Bouddha constitue une visite essentielle dans votre périple. Cette immense édifice blanc accueille des centaines de fidèles chaque jour pour venir se recueillir autour d’un coffret planqué derrière une vitre contenant la dent de Bouddha. Si la relique n’est pas visible et présente peu d’intérêt, l’amas d’offrandes et de pèlerins en pleine méditation vaut le détour.
Prix : 1000 rs + 20 rs par paire de chaussures laissé au gardien.
Finissez la journée à Kandy par un spectacle traditionnel de danse et de musique cinghalaises (Magul bera, Puja Natuma, nagaguru, rabane, mayura vannama, kula natuma, gini sisila, ves natuma, et la fameuse marche sur le feu). Plusieurs compagnies en proposent et elles sont toutes au même prix : 1000 rs par personne. Exemple : le Rangahala Kandyan dance, at Sir Bennet Zoysa Hall (Kandyan cultural center), de 17 à 18 heures.

Jour 6 : Kandy et les plantations de thé
Le séjour à Kandy doit comprendre la visite du Botanic Garden (jardin botanique) qui est magnifique et regroupe à peu près toutes les espèces d’arbres du Sri Lanka. Son tour mérite 1h30 et s’effectue à la fraiche, le matin, pour qu’il soit le plus agréable possible. Prix : 1100 rs.
Avant de quitter Kandy, jetez un coup d’œil dans le quartier huppé de la ville, au dessus de la gare.

Sur la route pour Nuwara Elya, les plantations de thé, d’un vert étincelant sur les collines, commencent à faire leur apparition. Les tea factory se visitent. Une des plus connues est Glenfoch. Gratuitement, on fait le tour de la factory, et on découvre les différentes variétés de thé et les conditions de son exportation dans le monde. La dégustation est également gratuite, puis passage obligé à la boutique.
Adresse : Glenloch tea factory, Katukithula
Pour luncher, rien de tel que s’arrêter à la grosse ville du coin : Nuwara Eliya, dans une adresse comme le Milano Restaurant (24, new bazaar street), qui sert à la fois des en-cas traditionnels et des burgers épicés. La ville ne présente pas de gros intérêt, mis à part son lac, paisible, autour duquel on peut se promener (c’est rare) ou faire du pédalo en forme de signe. L’entrée du lac est payante (200 rs par personne).
Si certains préfèreront dormir sur Ella, comme beaucoup de touristes, négligez pas la superbe Haputale, un peu plus au sud dans les montagnes, qui offrent un panorama à couper le souffle et un centre ville particulier. Si vous n’y dormez pas, la guest-house-hotel-restaurant fait aussi bar et possède une vue à couper le souffle. A ne pas manquer donc. Adresse : Sri Lak View holiday inn, A. W. Arther Sirisena, Haputale. 
Hébergement : la guest-house toute mimie de Gamini, le Awinco rest inn, quelques mètres avant d’arriver dans le centre d’Haputale. Moins de trente euros la nuit avec petit déjeuner. Adresse : Badulla road.

Jour 7 : Descente dans la vallée et Udawalawe
Après avoir quitté à regret la vie dans la montagne, cap au sud, vers Udawalawe, où le parc national ne se manque pas si on aime les éléphants. De même que pour les autres parcs, il faut compter 10 000 rs pour deux pour un safari de trois heures, en trouvant chauffeur à l’entrée du parc. Le parc national avec ses grandes plaines comprend plein d’éléphants, des biches, des buffles, des paons, des singes, des oiseaux, des caméléons…
Si le parc ferme ses portes à 18h, arrangez vous pour le quitter avant pour être à 18h à l’Elephant Transit Home, cinq kilomètres avant l’entrée du parc. Chaque jour, à heures fixes, ce petit centre nourrit au lait les éléphanteaux. Il est très amusant de voir les éléphanteaux du parc faire la queue et faire la course vers les biberons à l’ouverture des portes. Malheureusement, vous ne pourrez pas les approcher, mais le spectacle est curieux, surtout pour les enfants. Prix : 500 rs par personne.
Hébergement : l’insolite guest house Nature house, qui offre des chambres de standing dans un jardin superbe, avec un succulent repas du soir et petit déjeuner. Prix : une cinquantaine d’euros la nuit avec petit dej. Adresse : Thilak Somarathna No. 180, Udawalawa

Jour 8 : Galle
Rien de tel que choisir Galle pour arriver sur la côte sud du Sri Lanka. Cet ancien fort hollandais, passé ensuite dans les mains des anglais, est un des seuls « centre-ville » valable qui se visite sans problème à pied, sans manqué de se faire écrasé par les tuk tuk. Restaurants sri-lankais, restaurants internationaux, petites boutiques artisanales, bars concepts, petite plage, musées et anciens bâtiments d’anthologie, vous y trouverez de quoi y passer l’après-midi et la soirée.
A ne pas manquer : l’église hollandaise réformée, l’hotel Amangalla, la librairie de Galle, le tour du fort et ses bastions, le fort de Galle, …
Bonnes adresses pour se restaurer :
L’ancien hôpital hollandais, qui accueillait les malades de la peste, abrite aujourd’hui des bars et restaurants tendances, comme Cannon et Hammock (adresse : Queens street).
Heritage café : 53 lighthouse street, Galle
Pour boire un verre : Tap’house (Queens street) et The Living Room (50 A lighthouse street, galle). Rentrez dans la magnifique boutique supervisée par une designeuse suédoise, et au fond se trouve un bar branché.
Hébergement : dans les autours de Galle, à quelques minutes en voiture du fort, la Villa Mount Rose vient d’ouvrir ses portes. Avec des chambres d’un standing parfait et une piscine magique, illuminée la nuit, et ouverte H24, le lieu tient ses promesses. Par contre, veillez à vérifier la note et si possible, fixer le prix dès le départ. Adresse : 9/22 E, Wewelwala road, Bataganvilla, Galle.

Jour 9 : Les plages (Hikkaduwa, Bentota)
A partir de Galle, la route longe les plages, et toutes les occasions sont bonnes pour faire un plouf. La plage d’Hikkaduwa est le paradis des plongeurs. Il est possible de prendre un bateau pour aller au large pour faire du snorkeling (palme, masque, tuba) pour quelques centaines de roupies. Sinon, profiter du sable chaud et de la mer sera tout aussi prenant.
Quelques kilomètres plus loin, les river safari s’offrent aux touristes. Sur l’estuaire de la Madu Ganga, fleuve du pays, des mangroves et îles se parcourent en bateau. Pour 2000 rs par personne, un bateau avec guide fait découvrir trois îles : la première, sur laquelle une famille vit et produit de la cannelle et montre le processus, la deuxième, sur laquelle est bâti un temple bien gardé par des moines bouddhistes (possibilité de se faire bénir gratuitement et visiter les chambres et la cuisine des moines), et la troisième sur laquelle les touristes font l’expérience du fish therapy : ils plongent leurs pieds dans des bacs de gros poissons pour se faire manger les peaux mortes … des amateurs?
Le safari permet aussi de passer dans des mangroves, de rencontrer toutes sortes d’animaux, du crocodiles au serpent! Durée : deux heures environ.
Pour finir la journée, repos sur la plage paisible et sauvage de Bentota.
Hébergement : Panchi Villa (338/7A, Kurunduwatta, Warahena) ou Wunderbar hotel (Robolgoda, Bentota)

Jour 10 : Colombo
Rien de tel que la visite dans la capitale sri-lankaise pour clore le voyage. Si certains diront que la ville ne vaut pas le détour, Colombo a tout de même beaucoup de charme avec ses quartiers paradoxaux et sa circulation ambulante. Si Colombo compte 642 000 habitants, 2,5 millions de personnes y sont à la journée. Les trains surchargés amènent chaque jour des centaines de travailleurs dans la métropole. Le cœur historique est le fort, coupé en deux parties totalement différentes : Pettah et ses marchés pittoresques, une sorte de jungle bondée hallucinante, et le quartier des affaires gouvernementales, quasi-désert et très chic. Le long du littoral, le Galle Face Green est une étendue d’herbe longeant la plage, anciennement dégagée par les hollandais pour un champ de tir. En face, des dizaines de palaces sont actuellement en construction. Une sorte de promenade des anglais à la cinghalaise… si jamais les constructions aboutissent un jour. Enfin, le Cinnamon Garden est le quartier chic de la ville, avec notamment le mémorial de l’indépendance en son sein.
C’est aussi la meilleure ville du Sri Lanka pour faire du shopping.
Bonnes adresses :
-les Galeries Lafayettes locales, Odel (adresse : No 5, Alexandra Place, Colombo)
-des surplus de marques internationales bradées, House of fashion (adresse :cnr RA de Mel Mawatha & Visak RdCol 4)
-des souvenirs issus de l’artisanat, Lakmedura (adresse : 113, Dharmapala Mawatha, Colombo)
Hébergement : le top du top, le Cinnamon Red, dernière nouveauté de la grande chaine d’hébergement du pays, avec piscine et bar sur le toit, au 26e étage, vue sur la mer. Prix : 80 euros la nuit la chambre double. Adresse : 59, ananda Coomaraswamy mawatha, colombo 3.

On retiendra du Sri Lanka : l’économie touristique en plein essor, la générosité sans égal des cinghalais, la dominante bouddhiste, sa cuisine raffinée, sa bière (Lion Lager), les coconuts, les tuk tuk, son urbanisme, sa jungle à foison, ses éléphants, ses singes voleurs, ses grenouilles dans les douches, son alphabet magnifique…

Contacts : bon driver, Peumale, de Driver Lanka. Contactez Maesh à info@driverlanka.com ou au +94777937240

Publicités

2 réflexions sur “Au Sri Lanka, tu t’émerveilleras

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s